Category Archives: Version française

Supreme

Connaissance, fruit maudit de l’expérience.

Mes thématiques : toujours mathématiques.
J’abrite une critique écoutée comme chimérique.

Amical sans être familier,
Entouré de vulgaires, familiers,
Sans être, amicals.

Plus l’individu est, plus l’énigme est passionnante.
S’aborder ou saborder. J’attaque la corruption ridicule,
Car je ne me sens pas si bien dans cet étau minuscule
Qui m’étreins au quotidien.

En effet, en enfer, je te considère,
Et en fait, je crois que tu ne peux rien pour moi.
Alors pourquoi je lutte pour toi ?
La seule relation possible est de se voir
Dans le miroir.

Aucun intérêt à attendre l’éloge,
Mieux vaut rester dans la loge.
Pourquoi combattre avec les domestiqués
Ce que je peux trouver en moi dans le noir ?
Quelle utilité y a-t-il à utiliser
Mon pouvoir pour du pouvoir ?

7ème sens sans pareil dans les sept cieux.
Plus pure et parfaite expression,
Unicité en mission, en friction, grand bison.
5ème niveau dans la psycho’ de Dabro’,
Où j’esquisse les supplices des surclassés
Par des tours de passe-passe, pourchasse avec habilité
L’autorité sacrée qui m’entraîne : moi-même.

Tout détruire, puis tout reconstruire.
Je déduis, pour mieux me conduire.
Ne fais que creuser mon trou ;
C’est parfois un peu flou.
Toute action de création
Est d’abord acte de destruction,
Alors j’aborde la corde, accorde la corde,
Transborde l’aorte, absorbe la horde.

Certains s’établissent déshérités de valeurs,
S’amplifient dans l’erreur, mais la larme est l’arme.
Ils distinguent mal, s’imaginent le désordre ;
Boivent de la tise pour lâcher prise,
Pendant que j’intellectualise ;
Pendant que j’intellectualise ce que j’intellectualise …
Moi, dans la capsule, toi, dans le train du soir au matin.
Cycles divins, issue sans fin, tissu lointain,
Suprême souverain.

Ô.

Extrêmes

Un jour est noir, un jour est blanc,
J’en souris dans le silence.
Un jour est noir, un jour et blanc,
J’y survis par intermittence.

Aujourd’hui, l’esprit espère hors de l’hiver.
Demain, un nouveau chemin s’avancera.
Et finalement, ensemble on en rira
Je le crains ; car sans attente,
Il apprend patiemment.

Hier, le corps désespérait, il croyait
Que demain, tous les chemins s’effaceraient.
Et initialement, seul, il fallait en pleurer,
Il le sait bien, car dans l’attente,
Il s’attend au tournant.

La nuance, en soit, une vue cruciale,
Parfois glaciale et cruelle,
Parfois nue et crue ; elle
S’invite et facilite la suite.
Oui, la nuance essuie l’horreur,
Explicite une logique qui persiste
Et signe sans erreur.

Sourire.
Grandir.
Pleurer.
Se voûter.
Partager.
Aimer.
Soupir, et
Mourir.

Enraciné

Tant à donner, personne pour pardonner.
Perçoit en mes yeux la peine partagée.
Au moins, la souffrance a quelque chose à offrir.
Je sais comment la détruire.

Mais cela amène quelque chose de faux.
Cela mène à quelque chose de faux,
Quelque chose de si faux.

Plus d’envies ; j’ai appris un soir la combine ;
Comme Corbin, surseoir dans le noir à moitié en vie.

Tout à panser, rien à penser,
À peine la force de continuer.

Tant à donner, personne pour pardonner.
Perçoit en mes yeux la peine partagée.
Au moins, la souffrance a quelque chose à offrir.
Je sais comment la détruire.

Mais cela amène quelque chose de faux.
Cela mène à quelque chose de faux,
Quelque chose de si faux.

 

Soleil Endormi

Jour important qui joue avec mon bonheur :
Bientôt, l’omnipotence ou la résilience,
Le silence avant l’alliance de grande importance :
La fille ou la mort, le fruit ou la torpeur.
À tord, je t’écris que j’ai peur,
Car j’avance vers cette fleur en suivant mon cœur.

Les mots sont déjà inscrits.
Ce matin, le ciel n’était pas gris.
Ne reste qu’à s’attarder en attendant la nuit.
Des émotions ardentes s’attablent, entourées de magie.

Pourquoi tout ça ?
Pourquoi s’arreter là ?
Pourquoi ne pas poursuivre l’inconsciente coïncidence
Qui pourfend de toute part nos moelleuses existences ?

Le soleil dort dans le ciel,
Mais il donne de lui, en sursis.
Enfin ! Je lie entre ses belles lignes
Une douce poésie qui panse mon cœur,
Suite d’une longue correspondance épistolaire,
Au sein d’un interminable hiver
Qui m’habite
Et m’abîme.

 

Supernova

Eveil seul dans le noir,
Exempt de soleil à l’horizon.

Vint enfin un brin d’amertume
Dans la céleste brume,
Brave lueur espoir.
En conséquence se nouent des fragments,
En un élémentaire instant.

Primordial matin sans couleurs rougeoyantes,
Autre aurore déconfite aux vains confins de l’attente.

Maître de cet Univers,
Autoriser à atomiser son ressenti à l’infini.
Mais cette immuable expansion le perd.
Un simple regard en arrière le sidère,
Et il dévisage le plus grand désastre.

Qu’est-ce que la réalité ?
Qu’est-ce que la fiction ?

Interrogation divine que l’on ne peut deviner
Pas à pas, de l’intérieur, en introspection.

Nomade unique, à la poursuite de la Monade galactique ;
Nouvelle observation
Qui fonde tant de tensions.
Attention,
Voilà une gravitation en perdition.

Projecteur fatal sur un noyau brûlant,
S’apprêtant à exploser en une fondamentale fureur.
Sans erreur sidérale, loin du paradoxe impérissable
Stellaire réponse à repenser en deux échos de mots.

 

Silence

Nouvelle naissance,
Non sans non-sens ;
Trop de connaissances
Est agonie.
Reste attentif,
C’est quoi l’motif ?
Appauvris,
Le cycle se recycle
Et récite sa recette ;
Ces mauviettes m’ont mis les nerfs à vif.

Dans cette dystopie millénaire,
J’ai appris à priser l’air
De ma propre prison,
Danse d’une saugrenue vision.
Y’a plus de vie privée,
Laisse moi te guider,
Seul l’esprit peut résister ;
Est-ce inné ?

À dessiner le dessein,
Je me décide,
À me destiner
Et me distancer
De ce cinéma maladroit ;
En quête du chemin droit,
J’zigzag dans le zoo
Là où Bernardo,
Le pote de Zorro,
S’exprime en vain.

Vigilate

Je concédais ; quelque chose viendrait,
Mais j’attends toujours.
Je comptais cette noirceur morose hors du concret,
Mais cela me maintient pourtant contestant tous les jours.

J’assimile le chemin par cœur,
Si les mots roses s’envolent, les maux, eux, restent.
Impossible de rester impassible à ce qui m’écœure ;
Un pas ici et on ne sait si l’on passe le test.

Ma vie, une réplique de l’avenir –
De l’observateur dans Fringe :
C’est-à-dire “September” ; Il ne peut guère intervenir.
Même mission que ses frères.
Juste étudier, éluder les révélations de la Terre,
Explorer la guerre entre les deux univers.

Vole-t-on authentiquement derrière des barreaux ?
J’évolue, comme un enfant en devenir … mais là-haut,
Mon innocence est à demi-morte ;
Le vent s’élève et le temps s’emporte.

Parmi les divergents, j’avance en redoublant de vigilance.
Pourquoi commander une soi-disant créance ?

Siège

Je me consume,
Pendant qu’ils se consolent
En consommant.
Tout est si lent
Dans le silence

Omnium omniprésent,
Homologué par les omnipotents.
Si la farce paraît factice,
Elle fabrique néanmoins les Hommes dans l’éternel
Depuis presque trop longtemps,
Tronquant la frêle senteur naturelle
Contre une pelle de malices
Pour le moins tranchante.

Si abscons d’assumer la faim,
Je suis bien trop cynique pour y mettre fin ;
S’il ne reste plus rien,
Laissons tout au Malin.

En orphelin,
J’hallucine d’être un avec toi ;
Enfin,
Se prélasser sur le toit.
Puis, nous pourrions éveiller la lanterne ;
Lutter comme deux zèbres ;
Se poursuivre dans l’ombre d’une caverne ;
S’enferrer allongés dans les ténèbres.

Immensité gênante, eau troublée,
En attendant que l’on s’harasse et crève.
Si l’on ne concourt plus dans cette immonde régate,
En ce monde, personne n’est là pour le relever.
Lève les bras et grogne,
Rêve de l’approche au fond du lac ;
Domine et cogne
Pour réduire la cité à une profonde fièvre.

 

Novlangue

À l’aube, on s’adapte à l’époque ;
En inapte éclopé, presque apôtre ;
J’fume pas de clope mais …
J’porte, à l’affût, en secret.

Les cours m’auront appris à apprendre ailleurs.
Bienvenue dans la réalité orwellienne,
Danse de l’absurdité humaine,
Ou de la complaisance taciturne d’ailleurs.

Marketons le terrorisme pour légitimer la surveillance ;
Soyons “attentifs ensemble”, tuons l’empathie en avance.
Pas de problème, même sans étiquette je me promène,
Je professe loin de leurs promesses.

Saisir l’épée, puis le sceptre.
Brandir la paix pour tous les siècles ;
Avenir à venir,
Je peux l’observer sans fuir.

Une fissure s’est trouvée entrouverte.
On l’aperçoit perçante comme un spectre.
En dilettante, j’inspecte
Pendant qu’eux siègent sur leur siège.

Dépouiller

Devant moi, une louve et un chacal.
Tension palpable qui couve là.
Je joue les cartes de la carpe,
Du renard et du lion.
Tel un jouet agreste,
J’assiste au procès.
“Endure la plus dure des structures”
Chuchote le chien,
Faible murmure.
Je l’entends pourtant si bien.

Désolé de douter de votre vérité dépouillée,
En questionnant amèrement, mais simplement :
Pourquoi cherchez-vous tant à l’imposer ?
Vous vous méprenez, reprenez vos billets,
Je ne troquerai pas la pensée de mon individualité
Pour me conformer à votre monde rêvé.

Faux idéalistes, avec vous je n’insiste pas exprès ;
Le vrai de vos mots s’en va pulvériser l’incompréhension
De l’existence d’alternatives, si subtiles, si fragiles.
Vous voulez les briser, c’est presque discret.
S’il faut battre en brèche, au risque de vous brusquer,
Je ne céderai jamais à votre fouet à demi visible.