Category Archives: Méditation

Requiem

Depuis l’abri solennel pt au milieu des nuages,
J’examine la forêt dénaturée par tant d’êtres enracinés.
Loin de où sans fin sonne mille cœurs désœuvrés,
Plus d’affablissement, sauf si la pluie se tient duite à l’état d’esclavage.

L’accostage est imminent, mais ne se désolera jamais sur le sol,
Cette clé est factuelle ; lévitation qui s’avère des fois malédiction.
Donc prunelle spirituelle virevolte et te survole sans connexion.
D’aucune façon l’étoile est de mise en de telles occasions sans boussole.

S’étendant docilement,
Le néant s’entend silencieusement.
Expression sans sous, mission ;
Sciemment s’entreprend l’affabulation.

Clairvoyance

Route étroite et délicate jusqu’à la clairière cachée ;
Courbe droite du diplomate à la chaire glacée.
Je constate, pendant qu’ils font les cons, se tâtent et …

Le pouvoir a toujours été présent.
Il se renforce, dans le vouloir, avec le temps.
Je suis clairvoyant, uniquement ;
Ils s’efforcent, dans l’aveuglement.
Moi, je suis devenu bienveillant
Car je suis bien vaillant.

Lire les cœurs et les consciences,
De ma mort à ma naissance ;
Voir clair dans la confusion ; en perturbateur,
Déjouer le leurre à n’importe quelle heure.

“L’enrôleur a hurlé et t’a roulé” te déclare le railleur dans sa douleur.
Mon essence acquiert de l’ampleur, aujourd’hui avec aisance.

Le filon s’exploite sans s’exfolier, pour résoudre l’énigme en altitude.
Aucun affolement dans la solitude, c’est seulement là que se révèle la complétude.
C’est un fait, mon apparition annonce l’ascendance, au sortir de vos vies lugubres.
Adieu, imposture de vos fausses apparences insolubles.

Sagacité éternelle, acuité plus que visuelle ;
L’assiduité t’es cruelle, à fuir, sans recours, l’émotionnel.
Ad vitam aeternam, il survivra toujours une aile, je suis formel.

Latence

Je vagabonde au sein de la plénitude du vide ;
Monde apatride qui déteint sur le stupide.
Ma stupeur est unique, futile, mais splendide.
Hélas, parfois l’île demeure aride ; frénésie élastique.
Réfute le reflet, connais par cœur le rejet.
Relutte au sommet, où naît le baroudeur de lait.

Alors que certains cherchent encore qui est George,
Et que les maux te prennent férocement à la gorge,
Je solfie des secousses qui émoussent une sensibilité
Qu’aucun mot ne sera jamais habilité à spécifier.
Anti-frasque de l’absence de correspondance,
L’omission fait partie intégrante de la mission latente.

Je renoncerais, à condition que tes convictions partent en vacances.
La veille étiole le bonheur de récidiver sans erreur.
Pour le meilleur, la plume se verra s’étayer sans arrêt.
Demeurant au conseil, 1, 2, 3, étoile avec les autres joueurs ;
Pour comprendre, encore faut-il tenter d’intenter l’essai.
Dans tes actions, ne ressens-tu pas une certaine dissonance ?

Personnage de Sophocle, je te laisse avec les sophistes ;
Dans l’isolement, j’ai grandi trop vite, déphasage putride ;
Sans sous-titres, j’ai visionné la fin du film quand tu t’es endormi ;
Tu fais v’là les fautes, je finirai sain et sauf, histoire de rire ;
Allongé sur le sofa, je n’ai plus qu’à te regarder souffrir.
Je médite sur les choses, sur mes dires ;
Tu médis à cause de non-dits ; conspire.
Je t’étudie ; tu m’as tout dit sans même le décrire.

Piège de néant

I’m so bored in emptiness’ room
Waitin’ in shadows’ loneliness movin’

Bored in emptiness’ room,
Faced frontly the empathy movin’
They think it’s closed-minded
‘Cause it’s thinking differently
& I felt sometimes depressed
Thinking they’re all the same …
What a shame
When I can’t stand the glorious agony

Pas de carburant à échouer dans des pourparlers gênants ;
Géant, abrogeant de bon gré, mutuel gain de temps.
Je me prends ce sale argent et m’entreprend au volant
Pour voler compendieusement vers ma planque.

Conflagration contrainte dans la consternation,
Obligation de la feinte ; enlacer la constellation
Peinte dans l’action et la crainte des maudits démons.
Temps d’inspiration afin d’atteindre une perfection d’illusions.

Indécente bouteille à la mer, je réitère,
Cet amer et vérace ver :
Je souris pour ne pas que tu vois que je pleure,
Ma révolte enfante des valeurs.

Éponter le monde s’annonce tatillon pour l’homme-papillon,
Alors il corrobore, se décrivant comme inventif
Dans la contemplation,
Gloire aux nantis nés sans motif,
Au néant créatif en exécutions,
Honte aux cents volontés qui épongent l’éponte
Et s’enfoncent dans le conte du comte.

Comptes rendus

Le noyau de cette réunion est manquant ;
Le pivot y demeure clairement absent.
Où sont les adolescents ?
Sans prétention,
Est-ce abscons ?

Ils serpentent sans fin sans finir par dire ce qu’il faut lire,
Pendant que j’sens que j’attends sans attente en latence.
Leurs problématiques usées sont historiques, juste des cycles.
Leurs “nouveautés” restent du papier recyclé de mauvaise qualité.
Ils s’estampent et je m’estompe dans la messe du temps,
En présageant de disparaître dans un coup de vent.

It’s like I’m far beyond on the mountain,
Avoiding the glory rain,
While they’re still waiting the train
Waiting for a fucking train in vain…

Celle-ci étale sur la table son malheur,
Je flaire son mal, sa profonde rancœur.
Celui-ci évoque son adorable idéal,
En loques, pourtant si misérable,
Mais fascinant en cette lancinance ;
Parfaitement incroyable !
Ma figure : antipathique, inexpressive ;
Mon cœur, en un hic : pétulant contre l’invective.
Dans mes impénétrables songes,
Je dévisage le grand mensonge.

Je n’ai rien à dire, ce serait trop direct et brutal.
Je préfère écrire, sembler abject – mais surtout ingouvernable -,
Plutôt que de brasser du vent avec ces gens au comportement de mauvais enfants ;
Ces mêmes gens impertinents, intolérants, inconséquents,
Qui se prétendent si gentiment indulgents.
S’ils se proclament ouverts, leur coquille est pourtant vide.
Je les acclame à l’envers, leur béquille n’est qu’un suicide.

Au fil de l’âme

L’Homme sensé mais insensible assujettit l’idiot ;
L’Homme idiot encense l’insensible,
Et l’Homme sensé mais sensible maudit l’idiot.

Au fil de l’âme, nage un chant qui se réclame.
Au fil de l’âme, flotte un chant d’épithalame ;
Un bon jour étreint dans tes cheveux ;
Un bonjour éteint d’entrée de jeu.

Celle-ci me sourit
Sans souci,
Mais je perce son masque
Sans grâce.

La victoire est illusoire.
Brasser du vent auprès d’incompétents,
Sans le savoir,
Ou en le sachant pertinemment.

Dépenser son énergie
Pour des abrutis finis,
Eux qui adulent, et qui, adultes,
Se mouvront en nos ennemis.

Pourquoi mentent-ils
Et ne nous entendent-ils pas ?
Pourquoi ce sourire gracile
Se signale si indélicat ?

Stupéfaction que l’action
Stimule la prédestination
D’Artorias.

L’exaction de la maestria
M’attrista, puis me congédia,
Bientôt ôtée de la fiction.

Pureté

Aucune règle, aucun mensonge,
Ne refrènent mes songes.
Où le temps ne subsiste plus,
Tu me surprendras nu.

Exaltation fantasque,
Illusion sans masque ;
Juste être, vraiment être,
Dans l’acceptation et la compassion.

Prédication tutélaire, sens, saveur ;
Rédemption libertaire, sens, sauveur ;
Revanche à l’encontre de l’iniquité,
Pervenche contre la frivolité.

Endosser l’erreur vénielle,
Ambroisier la fureur du ciel,
Emporter la douceur du sel,
Embrasser, sans douleur, tel quel.

Idéal

Providence de la Providence,
Quintessence de la quintessence.
Héros zéro en rotation
Dans une autre dimension
Pour se consoler de la réalité.

Idéal, reflet de l’âme ;
Non enfermable
À la seule matérialité.
Poursuite sans répit ni trépas.
Polir les pourtours
Pour toujours.
Plus pure répétition
Sans superstition
Ni compétition.

Idéal scientifique, idéal empirique,
Assemblés au sein d’une mosaïque
D’un absurdoué taillé pour constater
Que le monde n’est pas ce qu’il devrait être.
Les aliénés l’ont noyé dans la folie du paraître.

Se gouverner par sa propre volonté.
Insulte-moi d’utopiste et je n’insiste.
Sans fin je suis la piste de l’idéal qui fuit.

Ce qui est effectif est rationnel.
Pense-y en effaçant le monde …

Supreme

Connaissance, fruit maudit de l’expérience.

Mes thématiques : toujours mathématiques.
J’abrite une critique écoutée comme chimérique.

Amical sans être familier,
Entouré de vulgaires, familiers,
Sans être, amicals.

Plus l’individu est, plus l’énigme est passionnante.
S’aborder ou saborder. J’attaque la corruption ridicule,
Car je ne me sens pas si bien dans cet étau minuscule
Qui m’étreins au quotidien.

En effet, en enfer, je te considère,
Et en fait, je crois que tu ne peux rien pour moi.
Alors pourquoi je lutte pour toi ?
La seule relation possible est de se voir
Dans le miroir.

Aucun intérêt à attendre l’éloge,
Mieux vaut rester dans la loge.
Pourquoi combattre avec les domestiqués
Ce que je peux trouver en moi dans le noir ?
Quelle utilité y a-t-il à utiliser
Mon pouvoir pour du pouvoir ?

7ème sens sans pareil dans les sept cieux.
Plus pure et parfaite expression,
Unicité en mission, en friction, grand bison.
5ème niveau dans la psycho’ de Dabro’,
Où j’esquisse les supplices des surclassés
Par des tours de passe-passe, pourchasse avec habilité
L’autorité sacrée qui m’entraîne : moi-même.

Tout détruire, puis tout reconstruire.
Je déduis, pour mieux me conduire.
Ne fais que creuser mon trou ;
C’est parfois un peu flou.
Toute action de création
Est d’abord acte de destruction,
Alors j’aborde la corde, accorde la corde,
Transborde l’aorte, absorbe la horde.

Certains s’établissent déshérités de valeurs,
S’amplifient dans l’erreur, mais la larme est l’arme.
Ils distinguent mal, s’imaginent le désordre ;
Boivent de la tise pour lâcher prise,
Pendant que j’intellectualise ;
Pendant que j’intellectualise ce que j’intellectualise …
Moi, dans la capsule, toi, dans le train du soir au matin.
Cycles divins, issue sans fin, tissu lointain,
Suprême souverain.

Ô.