Category Archives: Amour

Au fil de l’âme

L’Homme sensé mais insensible assujettit l’idiot ;
L’Homme idiot encense l’insensible,
Et l’Homme sensé mais sensible maudit l’idiot.

Au fil de l’âme, nage un chant qui se réclame.
Au fil de l’âme, flotte un chant d’épithalame ;
Un bon jour étreint dans tes cheveux ;
Un bonjour éteint d’entrée de jeu.

Celle-ci me sourit
Sans souci,
Mais je perce son masque
Sans grâce.

La victoire est illusoire.
Brasser du vent auprès d’incompétents,
Sans le savoir,
Ou en le sachant pertinemment.

Dépenser son énergie
Pour des abrutis finis,
Eux qui adulent, et qui, adultes,
Se mouvront en nos ennemis.

Pourquoi mentent-ils
Et ne nous entendent-ils pas ?
Pourquoi ce sourire gracile
Se signale si indélicat ?

Stupéfaction que l’action
Stimule la prédestination
D’Artorias.

L’exaction de la maestria
M’attrista, puis me congédia,
Bientôt ôtée de la fiction.

Pureté

Aucune règle, aucun mensonge,
Ne refrènent mes songes.
Où le temps ne subsiste plus,
Tu me surprendras nu.

Exaltation fantasque,
Illusion sans masque ;
Juste être, vraiment être,
Dans l’acceptation et la compassion.

Prédication tutélaire, sens, saveur ;
Rédemption libertaire, sens, sauveur ;
Revanche à l’encontre de l’iniquité,
Pervenche contre la frivolité.

Endosser l’erreur vénielle,
Ambroisier la fureur du ciel,
Emporter la douceur du sel,
Embrasser, sans douleur, tel quel.

Supernova

Eveil seul dans le noir,
Exempt de soleil à l’horizon.

Vint enfin un brin d’amertume
Dans la céleste brume,
Brave lueur espoir.
En conséquence se nouent des fragments,
En un élémentaire instant.

Primordial matin sans couleurs rougeoyantes,
Autre aurore déconfite aux vains confins de l’attente.

Maître de cet Univers,
Autoriser à atomiser son ressenti à l’infini.
Mais cette immuable expansion le perd.
Un simple regard en arrière le sidère,
Et il dévisage le plus grand désastre.

Qu’est-ce que la réalité ?
Qu’est-ce que la fiction ?

Interrogation divine que l’on ne peut deviner
Pas à pas, de l’intérieur, en introspection.

Nomade unique, à la poursuite de la Monade galactique ;
Nouvelle observation
Qui fonde tant de tensions.
Attention,
Voilà une gravitation en perdition.

Projecteur fatal sur un noyau brûlant,
S’apprêtant à exploser en une fondamentale fureur.
Sans erreur sidérale, loin du paradoxe impérissable
Stellaire réponse à repenser en deux échos de mots.

 

Siège

Je me consume,
Pendant qu’ils se consolent
En consommant.
Tout est si lent
Dans le silence

Omnium omniprésent,
Homologué par les omnipotents.
Si la farce paraît factice,
Elle fabrique néanmoins les Hommes dans l’éternel
Depuis presque trop longtemps,
Tronquant la frêle senteur naturelle
Contre une pelle de malices
Pour le moins tranchante.

Si abscons d’assumer la faim,
Je suis bien trop cynique pour y mettre fin ;
S’il ne reste plus rien,
Laissons tout au Malin.

En orphelin,
J’hallucine d’être un avec toi ;
Enfin,
Se prélasser sur le toit.
Puis, nous pourrions éveiller la lanterne ;
Lutter comme deux zèbres ;
Se poursuivre dans l’ombre d’une caverne ;
S’enferrer allongés dans les ténèbres.

Immensité gênante, eau troublée,
En attendant que l’on s’harasse et crève.
Si l’on ne concourt plus dans cette immonde régate,
En ce monde, personne n’est là pour le relever.
Lève les bras et grogne,
Rêve de l’approche au fond du lac ;
Domine et cogne
Pour réduire la cité à une profonde fièvre.

 

Le cercle de la mort

Le parfum de la rose me manque tant ;
Ne reste que le monologue.
L’absence de douceur me bloque,
Dans un instant presque gênant.

Où est la fougue ? Où est l’amour ?
Avec l’arrivée de l’automne,
Ces mots s’éteindront bientôt pour toujours.
La pensée arbore de mornes tracés pour les Hommes.

L’atrocité des hominidés me glace,
Bien que la honte écarte la haine en face.
L’amitié s’éteint ici, puis renaît là ;
Simples cycles, du lever au trépas.

Tout semble mort ou en passe de l’être,
Tout brûlera dans l’âtre du paraître.
Cela semble le cheminement logique
De la destruction de nos âmes obliques.

La vie est si misérable loin du palpable,
L’avenir, doucement, s’enfonce dans le sable.
Si les larmes coulent moins souvent,
Le résultat reste cyniquement inconséquent.

Pamphlet

Convictions : reflet
De nos attentes latentes au sommet,
Tromperie dans une urne, en sursis avant la chute
D’une légère brume de tristesse flottant dans la hutte.

Perception altérée
Des écrits poétiques passés.
Tout ceci n’est qu’un pamphlet
Envers ma propre personne.
Et la personne ne répondra pas si je sonne.

L’imaginaire n’a pas d’égal,
En cela il surpasse le réel infernal.
Manteau d’illusions,
Afin de réchauffer
D’une torpeur en mission
Un cœur prisonnier.

On se ferme, on se défend,
Pour se protéger d’une souffrance gisant.
Alors, mes respects.
On se nargue plus qu’il n’y paraît.

Seul, regret de sembler sombre tyran
Pour masquer un esprit pur soupirant,
Ne cherchant qu’acceptation sans intérêt,
Mais se posant pourtant en roitelet,
Trop effrayé d’être mis à nu
Par une si intéressante muse.

Estimation

Mi-regret lorsque la pensée recouvre l’action
Et que la tension perd sa facette positive.
Impuissance qui peut se transformer en invective …
Peut-être suite à un triste silence perçu comme manque d’attention.

Comment agir et interagir si les yeux murmurent “oui”,
Tandis que les corps doutent et que le cœur s’en trouve troublé. Crainte de l’échec nous guidant loin de la raison ; altération de l’ouïe. Pourtant si proche, mais je ne sais si l’on peut se rejoindre, ou seulement y songer …

Nous devrions nous embrasser dans tous les sens de cette douce notion ;
Alors pourquoi cette distance reste si dense si nous nous encensons secrètement ?
Serais-ce simplement ma vision, altérant vainement une factice pulsion ?
Que songer de nos façons de s’aborder, bien que l’on se perçoive balbutiant …

Ai-je sérieusement affaibli mes chances
De conquérir ta mystérieuse existence ?
Je suis apte à l’acte attendu sans surplus indigeste,
Encore que je ne sache plus quels gestes
Il me reste à accomplir
Avant de devoir partir.
Interrogations multiples qui me mutile,
Mais je jubile si tu m’estimes.

Confluence

Peux-tu arrêter d’être, en ce lieu, sans manifester ta présence ?
Je ne cesse de me demander si tu répondras à mon instinctif appel ;
Assurément, je le mérite, après tout.
Moi qui t’ai faite osciller avec une légère once de nonchalance ;
Mais n’est-ce pas là l’essence même du jeu ? Dans ce flou,

J’acquitte le pari que ton “oubli” n’est qu’un acte subtil
Afin de mieux transcrire le feu lors d’un imminent rappel.
Ô quintessence magistrale, sensationnelle pièce théâtrale
Du paraître qui finira par être, paraît-il …
Alors allons s’allonger non loin de cette chorale ;

Nous concevrons la toile de nos existences infinies ;
Oui, enfin finie l’infortune, ceci est sans appel.
Car l’intense gloire sourit à celui qui tente.
La Sèvre rejoindra bientôt la Loire assainie.
Le soleil se couche et de mes lèvres tu ne débouches point si distante.

Appel

Posé sur ce tendre nuage, un ange fugace.
Le ramage du piano filant au gré du vent.
Je me demande.
Je m’interroge.

Autour, le monde s’anime sereinement.
Vais-je être témoin d’un pugnace pillage ?
Je m’interroge et mande.
Je me demande et déroge.

Je n’ose qu’à peine scruter les cieux ;
Et si tu comprenais ce qui s’anime dans mes yeux ?
Entre l’énergie invisible que tu m’envoies,
Le silence que l’on conçoit,

Qui nous enlace doucement ;
Enfin, je crois. Délicieux photo-roman.
Puis, je me demande …
Je fuis et je m’interroge …

Si cette croyance si soudaine sentait seulement le soufre ;
Ce serait souffrir sans souffler.
Je ne sais s’il faut l’affirmer
Ou l’étouffer et s’en foutre.

Idylle

Je te connais à peine,
Mais bordel, tu pourrais facilement abolir ma peine.
Je ne sais si je peux me permettre de t’écrire cela, certes ;
Mais il est nécessaire que ce chaos cesse.
Comment réussir à te sortir de ma tête ?

Je repense à l’autre soir.
Quelle tension lorsque tu me touches de ton regard !
Cela pourrait me faire glisser une nouvelle fois sur le billard.
Oui, une nouvelle foi.
A croire que je suis fou de la mort.
C’est qu’elle m’apporte tant de réconfort.

J’ai lu les signes envoyés ;
Collier tournoyé, corps tourné ;
Sentiments noyés. Dans l’inconscient, nés.
J’ai vu l’estime s’envoler vers les sommets ;
Je te somme de m’assommer ou de me hameçonner,
Car je veux vivre cette folie qui a parcouru nos iris.
C’est trop tard, je suis ivre de joie face à cette vue novactrice ;
J’y ai cru contempler une jolie idylle qui hiberne encore.
S’il te plaît, dis-moi, est-ce que j’ai tort ?