Category Archives: Poetry

Dépouiller

Devant moi, une louve et un chacal.
Tension palpable qui couve là.
Je joue les cartes de la carpe,
Du renard et du lion.
Tel un jouet agreste,
J’assiste au procès.
“Endure la plus dure des structures”
Chuchote le chien,
Faible murmure.
Je l’entends pourtant si bien.

Désolé de douter de votre vérité dépouillée,
En questionnant amèrement, mais simplement :
Pourquoi cherchez-vous tant à l’imposer ?
Vous vous méprenez, reprenez vos billets,
Je ne troquerai pas la pensée de mon individualité
Pour me conformer à votre monde rêvé.

Faux idéalistes, avec vous je n’insiste pas exprès ;
Le vrai de vos mots s’en va pulvériser l’incompréhension
De l’existence d’alternatives, si subtiles, si fragiles.
Vous voulez les briser, c’est presque discret.
S’il faut battre en brèche, au risque de vous brusquer,
Je ne céderai jamais à votre fouet à demi visible.

Vengeance

Deux semaines sans sembler semer, assumées.
Retour, piégé en jungle humaine, à saigner,
Pourtant encore loin d’être assommé ;
Prochainement devant, cicatriser, attristé.

Regard noir, armure impénétrable ;
Elle veut me voir passer à table.
Plus dur est la certitude,
Plus sûr de prendre de l’altitude.

Malheur sur une neige beige,
Ai-je aussi tué ton cœur ?
Oui, dilapidons la vérité en place publique
Cette affaire en sera bien plus ludique.

Rumination mentale, tu n’es pas de taille.
Dans mes entrailles, rien ne fait sens,
Hormis l’exaction de sentiers en parallèle,
Ou l’attente de l’impasse en bout de ruelle.

En revanche, si le remord t’accable,
Accomplie est ta vengeance froide.
Patienter et endurer à jamais,
Ou décaler d’une réalité en silence.
Vivre chaque jour comme un dimanche,
Tout ceci est sans importance.

Plein de vide

Le vide me remplit à nouveau
De cette fameuse tristesse.
En bas de gamme,
Ô, seule note qui sait résonner sans cesse.

Dans cette trame odieuse,
Ne reste qu’à prétendre au dernier soupir ;
Encore que le cycle est secoué
Et s’entrecoupe de coups fourrés.

En quête des souvenirs,
Si le manque, de fait, se fait ressentir,
Une chose s’est pourtant brisée.
Je mendie le temps pour la réparer.

Frêle effort, cela effraie ;
Effarante vie de chien.
Rester ou partir, éternellement souffrir.
N’efface rien dudit chagrin, éphémère effet.

Malgré le test, l’énigme reste triomphante,
Impossible de s’avancer en dilettante.
Que faut-il accomplir pour combler
Ce fameux vide … s’attendrir ?

Éclats

Chaque nouvelle expérience absurde
Absorbe une parcelle de mon âme,
Me laissant mi perplexe, mi muet,
Clauses égales à la vue d’une sublime femme.

De cette vaine danse,
J’encaisse, avant de subir le drame ;
Me mouvant sans cesse, et ce, insensiblement,
Encerclé par l’austère fureur.

Pour éviter une grossière erreur,
J’essuie le charme.
Désormais si pauvre,
Infertile écueil,
Un impassible armé du sourire à toute épreuve,
Considérable souvenir de l’infinité du deuil.

Frôler le spectre

Cherche un partenaire qui accompagnera et soutiendra …
C’est sans doute mieux si on se croise juste ;
Priorité et préoccupations différentes des gens différant à ça ;
Prend garde, si tu le toises plus,
Tu te perdras dans la migraine de l’âme.

Si tu restes, il ne lui reste plus qu’à monologuer sur ses intérêts spéciaux,
Échec à mettre en place des relations avec les amateurs,
Oui, sérieux avantage loin des codes sociaux.
A tord, ou à raison, il n’aime pas les réunions d’agitateurs.
Solitude et tête-à-tête, seuls moyens pour se remettre des émotions.

Drôle d’utilité des souvenirs de situations sociales passées,
Exploitées pour déterminer ce qu’il convient de faire ou de dire,
(Tout en se préparant au pire)
Désynchronisation de la conversation,
Erreur sociale en pleine manifestation,
Bientôt sortir devient une obligation.

Les problèmes ne surviennent que lorsqu’un autre rentre dans la pièce,
Plus à l’aise si l’intervention est brève,
Ou si l’objectif est déterminé ;
En attendant le moment où tu percevras la face voilée de la pièce,
Attention, la bête peut être relativement honnête.
Allégeance à la vérité, non à la fausse sensibilité

Des gens, envie d’hurler que ces conversations n’ont pas d’intérêt ;
Mais il doit se taire, il le sait.
Être en société est épuisant.
Échec cuisant, il va te planter là ;
C’est vraiment navrant, enfin juste pour toi,
Car pour lui, ce n’est pas méchant.

Le cercle de la mort

Le parfum de la rose me manque tant ;
Ne reste que le monologue.
L’absence de douceur me bloque,
Dans un instant presque gênant.

Où est la fougue ? Où est l’amour ?
Avec l’arrivée de l’automne,
Ces mots s’éteindront bientôt pour toujours.
La pensée arbore de mornes tracés pour les Hommes.

L’atrocité des hominidés me glace,
Bien que la honte écarte la haine en face.
L’amitié s’éteint ici, puis renaît là ;
Simples cycles, du lever au trépas.

Tout semble mort ou en passe de l’être,
Tout brûlera dans l’âtre du paraître.
Cela semble le cheminement logique
De la destruction de nos âmes obliques.

La vie est si misérable loin du palpable,
L’avenir, doucement, s’enfonce dans le sable.
Si les larmes coulent moins souvent,
Le résultat reste cyniquement inconséquent.

Homage to Catalonia

In Brussels, it’s silence.
We don’t know yet which side of the balance is tilting finance.
Not that she’s forced to choose one:
She can remain serene as a sovereign, for sure.
In the event of secession,
The Commission could validate the accession process.
One question remains:
What will really bring the exclusion of this region?

On television: “Good evening,” fast, vile truncated vision:
Absence of the symbol and red & black flags.
The elites are still trying to avoid the swell of their worst nightmare.
Separatist propagandists spread their messages on social networks;
Some images are manipulated and come from past manifestations.
It will be said that it’s fair game, each ardently defending its ideals.

If the radical circles take over the affair,
It’s perhaps to enlighten what they hope for;
But it’s clear that the events,
Sadly,
Only forms one more bourgeois revolution.
Independent or not, the order will not change at all.

Without rancor, winners will boast the economic merits of their false liberalism,
In order to consolidate their newly achieved power in this false schism,
Attacking the Spanish government, which, for fear, yields to fascism.
How sad and yet fascinating it is to witness this impotent ploy!
Yet this event remains important, even if nothing really changes.

Hommage à la Catalogne

À Bruxelles, c’est le silence.
On ne sait pas encore de quel côté de la balance penche la finance.
Non pas qu’elle soit forcée d’en choisir un :
Elle peut rester sereine en souveraine, c’est certain.
En cas de sécession,
La Commission pourra valider le processus d’accession.
Reste une question :
Qu’apportera réellement l’exclusion de cette région ?

À la télévision : « Bonsoir », vite, vile vision tronquée :
Absence du symbole et des drapeaux rouge et noir.
Les élites cherchent encore à éviter la houle de leur pire cauchemar.
Des propagandistes indépendantistes propagent leurs messages sur les réseaux sociaux ;
Certaines images sont manipulées et proviennent de manifestations passées.
On dira que c’est de bonne guerre, chacun défendant ardemment ses idéaux.

Si les milieux radicaux s’emparent de l’affaire,
C’est peut-être pour éclairer ce qu’ils espèrent ;
Mais il est clair que les événements,
Malheureusement,
Ne forme qu’une révolution bourgeoise de plus.
Indépendance ou non, l’ordre ne changera pas plus.

Sans rancoeur, les vainqueurs vanteront les mérites économiques de leur faux libéralisme,
Afin d’asseoir leur pouvoir fraîchement obtenu dans ce faux schisme,
Attaquant le gouvernement espagnol qui, de peur, cède au fascisme.
Comme c’est triste et pourtant fascinant d’assister à ce leurre impotent !
Pourtant cet événement reste important, même si rien ne change vraiment.

Accalmie

Derrière la dune, le vent se déchaîne et déchire le doux silence.
Partie abrupte, à l’abri, mon corps lancinant mute.
Mes yeux et ceux de la machine figent cet instant magique bel et bien présent.
Le crayon ne rechigne pas ensuite pour grossir le trait,
Et la musique parcourt l’ensemble pour parfaire les contours en retrait.

Les éclairages signalent leur présence ;
Le filet des phares s’étire lentement ;
J’observe ce joli spectacle en mangeant ;
Belle esquive de l’esquisse du cycle de la démence.

Deux ombres au loin approchent de mon chemin en promenant leur chien ;
Je reste serein.
De l’autre côté, autre chantier sur le port endormi :
Mes oreilles se réveillent pour suivre rires et cris arpentant la nuit.

Puis, il est temps de fausser compagnie au lieu pour rejoindre les autres.
J’inscris cette étude de la plénitude qui dénude mon âme ;
J’ai passé une bonne heure à scruter les cieux sans craindre l’étau.
Simplement ne pas l’oublier, oui, il suffira d’y retourner si je rame.

Lampoon

Convictions: reflection
Of our latent expectations at the top,
Trickery in an urn, in suspension before the fall
Of a slight mist of sadness floating in the hut.

Altered perception
Of past poetic writings.
All this is just a lampoon
To my own person.
And the person will not respond if I sound.

The imaginary has no equal,
In that he surpasses the infernal reality.
Coat of illusions,
In order to warm up
From a torpor on mission
A prisoner’s heart.

We close, we defend ourselves,
To protect oneself from a pain lying.
So, my respects.
More than it seems, we taunt.

Alone, regret to appear as a dark tyrant
In order to hide a pure spirit sighing,
Only seeking interest-free acceptance,
But, however, posing as a kinglet,
Too scared to be exposed
By such an interesting muse.