Category Archives: Writings

Writing is a tool of freedom.

GOLEM YOUR EYES HAVE SEEN

The sparkling star is turning off,
Yet I embrace the great disaster.
History, a loop,
A very supple accessory.
A message that spares households;
The totem transforms them into golems.

Meninges, they have no more.
They dig (they dig), I can’t stand it anymore.
I move, fleeing the glory of nothingness,
The silence peacefully extends …

I put a lot of time to lose,
Lying in the grass;
But everything disappears in the appearance …
Right?

Soothsayer lying on a couch;
Tomorrow, listen to each other for a while.
Emits poorly, bad signal.
I point out myself, original.

T-Vision

New armchair, soon coffin;
New show, new issues?
The puppets are preparing to enter the scene.
The majorettes stop at the staging.

This television will not form my vision.
I pay too much attention to their mission.
This futility appears to me as stupidity,
It’s a banality so calculated.

The invisible threads are visible to me,
The sons, one visible, are unutterable to them.
Invincible is this reality for such an agile wine.
My gospel is falsified and so gracile.

Their mischievous stakes move me
But I remain serious.
Entertainment expands,
Deceive, fascinates me,
But takes strange turns.

On the walls: advertisements, money, whores.
Clubs, moons, struggles persist.
Blood on the walls. Immure your fears,
You’re frightening by quietly
Whispering to the people your kind censures.

Endure the test, the proofs are sure.
For sure, in evil,
You’re just designed to stop thinking.
Heal, thoughts, I don’t think anymore
About advertisements, money, whores.

Télé-vision

Nouveau fauteuil, bientôt cercueil ;
Nouvelle émission, nouvelles émissions ?
Les marionnettes s’apprêtent à entrer en scène.
Les majorettes s’arrêtent à la mise en scène.

Cette télévision ne formera pas ma vision.
Je fais bien trop attention à leur mission.
Cette futilité m’apparaît comme une stupidité,
C’est une banalité si calculée.

Les fils invisibles me sont visibles,
Les fils, un visible, leur sont indicibles.
Invincible est cette réalité pour un vin si agile.
Mon évangile est falsifié et si gracile.

Leurs malicieux enjeux m’émeuvent
Mais je reste sérieux.
Le divertissement s’étend,
Méprend, m’éprend,
Mais prend des tournures étranges.

Sur les murs : des pubs, des tunes, des putes.
Des clubs, des lunes, des luttes perdurent.
Sang sur les murs. Emmure tes peurs,
T’apeures en murmurant tranquillement
Aux gens tes gentilles censures.

Endure l’épreuve, les preuves sont sûres.
C’est sûr, qu’dans l’dur,
T’es juste conçu pour plus penser.
Panser, pensées, j’pense plus
Aux pubs, aux tunes, aux putes.

Schizophrenic Culture [EN]

 

As they sink into the highways of lies,
In his dreams, he prepares a new hunt.
He struggled to find the path of truth,
Truly, you are so far from reality that you no longer even see that you are defeated;
Oh, well, you think that’s life,
You don’t even see the days passing,
Unbridled girls who dictate you when to jizz,
Just to say, that you directly feel better, but in fact … Uh …

They can think for you, don’t worry
They can heal your troubles, don’t worry
You just have to let yourself be guided by their truth
Don’t try to verify and be happy to nod
And then stay there to vegetate, like Vegeta you will never be the first!

Strip away your sterile frustrations,
Let your futile feelings flow,
Oscillate between escape and silence,
Waste, between emptiness and power.

Incessant groans – so tiring – have pushed him to the confines of nothingness
A foot on the ground, formerly so proud, he made himself the scapegoat of his peers,
Magnetizing the mistakes made from others,
Their multiplied lies, ultimate recourse to unreality

Thousand efforts erased in a split second
Thousand vociferous but vain truths, locked without waiting
Depressing statement that one inflicts
Imminent crash and fall
A few tears, little appetite
And little by little the taste of life disappears

Quickly flee all of this, go away from here,
Move out there, far from the clutter.
Of these ferocious figures, fascinated by so little …
Of these atrocious cracks, abandoned by the gods
Quickly hide all of this, go away from here,
Escape there, away from a bunch of

Bullshit constantly supported,
Thought as permanent,
But violent and invented, imposed.
Acculturated populations, ignoring the ignored
Easily fascinated by decadence, inevitably fleeing excellence

The dissident culture distorts your dystopian reality… (to be continued)

Schizophrenic Culture [FR]

 

Pendant qu’ils s’enfoncent sur les autoroutes du mensonge,
Dans ses songes, il prépare une nouvelle battue.
Il s’est battu pour découvrir le chemin de la Vérité,
En vérité, t’es tellement loin du réel que tu n’captes même plus que tu es abattu.
Ah bah tu crois qu’c’est ça la vie !
Tu n’vois même plus les journées défiler,
Des filles débridées qui te dictent quand jouir,
Histoire de dire, direct que ça va mieux, mais en fait … Euh …

Eux ils peuvent penser pour toi, t’inquiète.
Eux, ils peuvent panser tes peines, t’inquiète.
T’as juste à te laisse guider par leur vérité ;
N’essaye pas de vérifier et contente toi d’acquiescer
Et puis reste là à végéter, comme Végéta tu ne seras jamais le premier !

Effeuille tes frustrations stériles,
Ruisselle de sensations futiles,
Oscille entre fuite et silence,
Gaspille, entre vide et puissance.

Des gémissements incessants – si fatiguant – l’ont poussé aux confins du néant.
Un pied à terre, autrefois si fier, il se fait le bouc-émissaire de ses pairs,
Aimantant les fautes émanant des autres,
Leurs mensonges multipliés, ultime recours à l’irréalité.

Milles efforts effacés en une fraction de seconde ;
Milles vérités vociférantes mais vaines, verrouillées sans attente.
Constat déprimant qu’on s’inflige ;
Fracas imminent et on vacille.
Un peu de larmes, peu d’appétit,
Ainsi s’effleure petit à petit le goût de la vie.
Vite fuir tout ça, partir d’ici,
S’éloigner là-bas, loin du fouillis.
De ces figures féroces, fascinées par si peu …
De ces fissures atroces, abandonnées par les Dieux.

Vite enfuir tout ça, partir d’ici,
S’échapper là-bas, loin d’un ramassis
De conneries constamment appuyées,
Pensées comme permanentes,
Mais violentes et inventées, imposées.

Populations acculturées, ignorant les ignorés,
Facilement fascinés par la décadence, fuyant fatalement l’excellence.

Soumission

Ô prolétaire soumis au fascisme,
Qu’observes-tu dans le capitalisme ?
Individu dépossédé de lui-même par choix,
D’alternative tu n’auras.

Copie tes maîtres pour espérer exister,
Ainsi tu pourras te complaire dans l’illusion de la liberté
Que seule la mort viendra finalement t’offrir,
Après tout ce que tu as pu subir.

Le divertissement est un bain vivifiant
Que tu dois te prescrire continuellement.
Sois fidèle à ce théorème, ce si glorieux phénomène
Qui t’amène au sommet du système.

Noyé dans la supercherie d’une industrie
Qui n’a plus rien d’une théorie,
Oublie la compassion, compagnon ! Car ta rébellion
N’entraîneras que ton exclusion de cette civilisation.

Submission

O proletarian submitted to fascism,
What do you observe in capitalism?
Individual dispossessed of himself by choice,
Alternative you will not have.

Copy your masters to hope to exist,
So you can revel in the illusion of freedom
That only death will finally offer you,
After all you’ve been through.

Entertainment is an invigorating bath
That you must prescribe yourself continually.
Be faithful to this theorem, this glorious phenomenon
That brings you to the top of the system.

Drowned in the trickery of an industry
Which is no longer a theory,
Forget compassion, companion! Because your rebellion
Will only bring your exclusion from this civilization.

The Factory

The Factory

Time ; Wisdom ; Money ; Speed
Factory, Modernity ; Putrid, Reality.
Storefront, banality ; Chrysalis, Trapped.

Shaped by unremitting repetition, and finally erased facing a tireless sophistication,
The human stupefied himself in his manufactures before being confined in his car,
Then he vanishes in his offices, praying in vain to win the lottery.
Entangled in the stock market race like vultures, what a beautiful course …
Hands in front of the eyes … Please, shut up, it’s hollow.
Pay your bills and consume so that in sum you can offer yourself the last IPhone.
Do not question anything, continue your vain action;
Be greedy and glide over the wave of pleasure, drown yourself in the industry of desire.

Citizens become consumers, through the hands of fabulators;
Thrown into a large pit, broken in a single breath,
Chew mechanically for enrichment
Of a minority disconnected from realities, the echo of a sad truth astray,
Captured by this sad bird, casino capitalism.

Overwhelmed by a tiresome and passable work, you are distressing,
Exhausted, you don’t have time to think anymore, you are annoying,
Lock yourself in this pathetic false life if it pleases you,
Know that you clearly make me vomit, your avid ignorance is my suffering for life.

You have condemned yourself wrongly to death as a redneck gentleman,
Thinking you would reach the top you are stunned, that’s serious,
Ron you no longer feel the weight of their nonsense constantly interfering,
If only you could see, if only you knew, if only …

I’m focused to center myself on truth,
Leaving me to a desolate reality of all freedom,
Sickened by the matrix, I get used to it,
Controlled by your caprices, you capitulate.

While the sophists are laughing in their graves,
An earthquake stretches and prepares in the only darkness;
The fossils oscillate under the heaviness of silence,
The awareness grows.

 

Random Thoughts

Si les élites intellectuelles, supposées être la source de l’engagement et de la contestation contre un pouvoir corrompu, et les médias, 4e grand pilier de la “démocratie”, sont acquis à la cause et aux idées du pouvoir, ce qui est représenté par la défense égoïste de leurs propres intérêts dans la société capitaliste, comment peut-il y avoir une contestation quelconque ?

If the intellectual elites, assumed to be the source of commitment and protest against a corrupt government, and media -the fourth great mainstay of “democracy”- are committed to the cause and ideas of power, which is represented by selfish defense of their own interests in the capitalist society, how can there be any objection?


Si l’art est égoïste à sa forme brute, il ne peut pas être reconnu sans l’aide des autres. L’art est ainsi à l’image de l’Homme : égoïste par nature mais incapable d’exister et de survivre sans le soutien d’autrui.

If art is selfish in its raw form, it can not be recognized without the help of others. Art is thus the image of man: selfish by nature but unable to exist and survive without support from others.


Si plus personne ne se soucie de vous, existez-vous encore ?

If no one cares about you anymore, do you still exist?


Très peu posent des questions, et quand ils en posent, souvent n’écoutent pas les réponses.

Very few ask questions, and when they ask, frequently do not listen to the answers.


Dans un monde irrationnel, une personne rationnelle est vue comme une personne irrationnelle par une personne voyant ce monde comme un ensemble rationnel.

In an irrational world, a rational person is viewed as an irrational person by a person seeing the world as a rational whole.


Nous vivions dans un jeu “Pay to Win” où la plupart d’entre nous n’ont pas d’argent. Certains ont arrêté d’essayer parce qu’ils étaient épuisés, ou parce qu’ils avaient compris qu’ils étaient trompés, ou parce qu’ils ont appuyé sur “End Game”.

We’re living in a “Pay to Win” game where most of us have no money. Some stopped to try because they were tired, or understood that there were fooled, or pressed “End Game.”


L’illusion est un choix et le choix une illusion.

Illusion is a choice, and the choice an illusion.

 

Comment les structures sociales et idéologiques influent sur une production culturelle ?

Comment les structures sociales et idéologiques influent sur une production culturelle ? (Analyse au travers des Règles de l’art de Bourdieu)

Une structure sociale est un ensemble de relations unissant les individus membres d’une même organisation au sein d’une société à une époque donnée. Une idéologie est un ensemble plus ou moins cohérent d’idées, de croyances et de doctrines philosophiques, religieuses, politiques, économiques, sociales, propre à une époque, une société, une classe et qui oriente l’action. Une idéologie est typiquement imposée d’autorité, par un endoctrinement (enseignement) ou de façon imperceptible dans la vie courante (famille, media). Une idéologie dominante est diffuse et omniprésente, mais généralement invisible pour celui qui la partage du fait même qu’elle fonde la façon de voir le monde. Elle peut se voir octroyer une valeur dépréciative, l’idéologie dominante étant une superstructure de la société dont elle émane et qu’elle soutient. C’est notamment le cas dans le cadre du marxisme où cette construction intellectuelle créée une vision du monde qui masque la réalité, c’est à dire la poursuite d’intérêts matériels égoïstes renforçant la domination d’une structure sociale privilégiée. Une production culturelle est un processus par lequel une personne exerce une activité qui cumule un facteur de travail et un facteur de capital. Cette activité exprime et affirme une vision du monde, commune, ou non, à un groupe d’individus.

Il semble nécessaire de s’arrêter sur l’analyse de Bourdieu quant aux classes sociales, qui structure une société donnée dans un temps donné. Le sociologue concilie la position réaliste de Marx – les classes ont une réalité objective et ne sont pas uniquement des catégories construites par le sociologue – et la conception nominaliste de Weber – les classes sociales ne sont qu’une construction de l’observateur et non une représentation de la réalité, produit de ce que le sociologue nomme et n’ont pas nécessairement une existence réelle dans la société. Bourdieu établit une distinction entre « classe virtuelle » et « classe réelle », les classes sociales étant une construction intellectuelle (même si un travail de mobilisation politique peut les conduire à devenir des acteurs politiques). Ainsi, le capital culturel (l’éducation) est une ressource, au même titre que le capital économique (les revenus et le patrimoine) et le capital social (les relations familiales, amicales et professionnelles, le prestige et la maîtrise des « règles du jeu »), et permet de définir une position de classe par le biais d’un « volume de capital possédé ». Plus le capital est élevé et plus la classe est élevée, et inversement. Pour Bourdieu, c’est le sociologue qui construit les classes sociales en rassemblant des individus possédant une même position de classe : l’analyse du capital et de la place dans l’espace social des individus permet de définir des « classes probables ». Continue reading Comment les structures sociales et idéologiques influent sur une production culturelle ?