Terre-neuvier

Du haut de son trois-mâts, le matelot siffla sans amertume.
Dans la tempête déchaînée, tout espoir semblait s’être noyé
Sous les flots. Et soudain, une terre se distingua dans la brume.
Lui, apitoyé, dévoyé, déchiré, pouvait à nouveau s’éployer.

Et de là, ô possible mirage, il croyait apercevoir un paisible rivage.
La crainte se transformait en attente et soulagea son jeune âge.
Le tumulte exulte l’occulte insulte d’un sultan inculte.
Est-il sous le joug d’une frénésie ? Il ausculte. Il en résulte
Que le continent s’étend devant ses globes ébahis. Est-il trahi ?
Quelle est cette infamie qui affame l’affabilité de son être et le maudit ?

Quête provisoire, assidûment dérisoire.
Passionnant repoussoir, expiant déversoir.
N’aurait-il pas dû se noyer dans le tourbillon de ce torrent ?
N’a-t-il pas connu cette région ennoyé en oisillon balbutiant ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.